Coudre la Seine, Performance, réfrigérateur, plaques d’eau glacée, aiguilles, laine, fatapera, masque de beauté masonjaony.
Projet de recherche « Au fil de l’eau : La Seine et ses rives » développé au cours du programme de résidence « ONDES » soutenu par le ministère des Outre-mer et la Cité internationale des arts de Paris.

Extrait de la performance « Coudre la Seine »
Je remercie Claire Luna pour cette captation vidéo.

Coudre la Seine a été présentée au cours de l’exposition éphémère Depuis la nuit. Un parcours, un récit d’Olivier Marboeuf en dialogue avec Annabel Guérédrat, Gwladys Gambie, Cédrick Calvados, Arthur Francietta, Yasmine Attoumane et Pak’o Major. 


– – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – – –


Extrait du récit d’Olivier Marboeuf en dialogue
avec Annabel Guérédrat, Gwladys Gambie,
Cédrick Calvados, Arthur Francietta, Yasmine Attoumane
et Pak’o Major pour l’exposition éphémère Depuis la nuit.

Répète,
Recoud ta vie
Comme tu peux
Et puis s’en fout
Depuis la nuit
Pisse dans les rivières
Et bois ta mémoire
Acide
Oublie
Tu ne sais pas
Le jour
Le pays
Pas
Le drapeau
Jaune
Vert
Des forêts brûlées
Peut-être
Tu ne sais pas
Le rouge
Si c’est le
Sang
Ou la Rouille
sur ta peau
ou l’intérieur
de toi
ou
Maintenant
Fais ton truc
Qui ne sert à rien
Recouds le fleuve
arrange les roches
trace une frontière
à la surface de l’eau
Sans témoin

















Fais tout
pour disparaître
De la mer
En faisant
Comme si
Tu ne faisais
Rien de mal
Juste comme si
tu nettoyais
jour après jour
le monde
Avec des assemblées
de bactéries
et avec
un masque masonjoany
qui n’est pas
tout à fait
ton vrai visage
mais quelque chose
par-dessus
qui emmêle
dans des motifs
de fleurs
le secret
de ton vrai visage